La psychomotricité relationnelle

Dans le cadre de la petite voie bleue, la psychomotricité s'inscrit dans une démarche à la fois thérapeutique globale (médiation corporelle), mais aussi rééducative (les troubles sont objectivés, les bilans standardisés, la rééducation reproductible et individualisée), en proportions variables en fonction des attentes et besoins du patient, de son entourage,...

 

La famille, le patient et les différents professionnels forment une équipe de travail tout au long du suivi, et à chaque étape de l'accompagnement. 

 

Petite précision : La psychomotricienne vise l'adaptation du patient à son environnement, mais pas la normalisation. En d'autres mots, son intervention ne permet pas de supprimer complètement les manifestations du trouble du spectre autistique. 

 

La psychomotricienne reçoit le patient et son entourage pour un premier entretien psychomoteur durant lequel il est précisé, ensemble, au moyen d'outils validés, les points suivants :

- l'anamnèse du développement psychomoteur;

- le fonctionnement sensori-moteur en milieu familial et son retentissement sur son adaptation à la vie sociale;

- les intérêts actuels du patient (confiance et motivation); 

-  les situations anxiogènes précisées (confort); 

- la mise en place d'outils de communication; 

- le recensement des attentes de chacun.

 

Dans un second temps, la psychomotricienne réalise une évaluation des fonctions sensori-motrices (forces, faiblesses, comorbidités associées...). Cette étape peut prendre plusieurs séances.

 

Avec la famille et l'équipe de La Petite Voie Bleue, la psychomotricienne définit les objectifs selon les attentes, le profil et l'intensité du ou des troubles, en privilégiant les objectifs fonctionnels (ceux qui favorisent la participation à la vie sociale et qui s'adressent à plusieurs milieux de vie).